Rends-moi mes droits : un impératif citoyen selon le Général Valsero

0
469
Servez-vous

Depuis son entrée dans la Game Kamer, Valsero s’est toujours illustré comme étant ce jeune prêt à revendiquer et à clamer haut et fort son ressentit vis-à-vis de ce système qui nous étouffe. Rappeur engagé, toutes ses sorties sont des occasions idoines pour tirer à vue sur ce qui fait obstacle. Dans un contexte où, les manifestations et les revendications sont officiellement approuvées mais officieusement combattues, rends-moi mes droits de Valsero, bien qu’ayant déjà six années de vie reste toujours d’actualité.

La répression physique et idéologique : le propre de l’État

Tout État, pour assoir son hégémonie et sa force, utilise à la fois des appareils répressifs et idéologiques. Ceux-ci sont respectivement caractérisés par l’usage de la force, la restriction de certains droits, l’imposition d’un courant de pensées matérialisée par la sélection de certaines images, des discours etc. Cette attitude n’est pas le propre d’un seul État. Le revers d’une telle action est l’oppression des droits, la privation de certaines libertés qui, engendrent inévitablement une atmosphère de tyrannie comme c’est le cas dans notre contexte actuel.

La naissance d’un climat d’incertitude

Les effets orchestrés par l’usage de la force sur la population détentrice du pouvoir sacré qui est celui d’élire son représentant n’est pas sans conséquence. L’incertitude est toujours au rendez-vous. Le peuple bâillonné ne sait plus à quel saint se vouer. Impossible de faire confiance à cette classe dirigeante qui ne manque pas l’occasion de frapper le point à chaque opportunité. Le peuple souffre. Les forces de maintien de l’ordre exercent leur résistance sur une population faible, désarmée qu’elles sont supposées protéger. Le garant de la sécurité interne et externe répond aux abonnés absents et essuie un total silence sur les cris du peuple opprimé qui l’a élu. Que faire de plus si ce n’est se donner la mort (pour les plus désemparés), songer à accentuer le taux de migration clandestine (pour ceux qui espèrent encore qu’il y a de l’espoir).

Une illustration adéquate par Dream Money Films

Simple et illustratif, le réalisateur de ce vidéogramme n’a pas manqué de représenter en image le plus possible les dires de l’homme guerrier. Entre ingratitude envers les gloires sportives du pays, scènes de violences exercées sur le peuple supposé souverain. Tout est au rendez-vous pour attester la véracité du lyric. Sans trop forcer, encore sans faire dans le superflu, la réalisation a su allier simple et créativité pour servir un contenu visuel digeste. Le plus important étant la profondeur du message, Valsero ne mise quasiment pas sur des clips au reflet chic et glamour. Cette carence en nouveauté ou modernisme tire son essence dans le genre musical qu’il prône et le type de lyric qu’il met au-devant de la scène. En clair, c’est sa « ligne artistique ».

Redécouvrez cette chanson via ce lien et restez connectés sur nos pages sociales.

KAMER ARTDICTION | l’Art, plus qu’une Passion, une Addiction

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.