MC MAX ET PHEEZY DISENT QUE : « ELLE VEND LE PIMENT »

0
622
Servez-vous

Du vert au jaune tout en faisant escale  au rouge, le piment trouve ses marques. Un aliment qui sans effort est devenu la mode, l’expression la mieux adulée pour caractériser les choses du dessous de la ceinture. Mc Max et Pheezy se sont prêtés au jeu de la dénomination dans le titre « elle vend le piment »

Le piment à la camerounaise

Loin de ce qu’on qualifierait d’aliment utile et agréable pour redonner la saveur à certains mets, au Cameroun le mot piment a plutôt des significations érotiques et sensuelles. Il suscite à la limite la libido. Il plonge les orateurs dans le scénario qui ressortirait avec aisance la saveur pimentée des sauces. On l’a si bien remarqué dans la république du piment du jeune auteur Camerounais Felix Mbetbo. Spécialiste du piment, il traîne sans le vouloir deux bons disciples. Mc Max et Pheezy qui à leur tour, reconnaissent que la fille là vend le piment.

Elle donne son piment en gros moyennant le CFA

Tu veux ? Mets l’argent à terre. Un refrain connu par les fidèles consommateurs du bon piment. Oui il s’agit de Vanessa la pimentière nationale reconnue de tous pour ses qualités et son talent. La seule fille capable de trainer la quasi-totalité des gars qui désirent déguster son piment. Le cash étant le code d’accès au pays des merveilles. Tu peux sans aucun engagement de sa part planer et toucher tous les démembrements qu’offre son piment. Sans complaisance, elle est capable de mentaliser sa proie et envoyer aux oubliettes les menus pimentés proposés la nuit d’avant en sa compagnie si le code n’est pas bien insérer. En gros, on gère bien si tu paies bien. Au cas contraire, tu te retrouves en larme comme dans cette histoire de nos jeunes artistes.

Un fléau connu de tous et qui mine la société, Mc Max et Pheezy dans leur dialogue encadré d’une douce mélodie actuelle se la coulent sans retenu. Ils dénoncent la prostitution en catégorisant selon les attitudes le degré et le niveau de chaque panthère. Un métier vieux comme le monde qui, selon les jargons et les époques s’est vu adopter plusieurs appellations. La vente du piment puisqu’il s’agit de ça ne finira certes pas, mais les jeunes artistes ne manquent pas d’appeler à la vigilance des potentiels acteurs de ce secteur.

KAMER ARTDICTION | l’Art, plus qu’une Passion, une Addiction

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.