JOVI MET LES ORGANES DANS « STRONG ENEMIES »

0
488

Le Mboko god Jovi revient fort avec ce nouveau titre : Strong Enemies. Chacune de ses promenades musicales est plus attendue, célébrées comme le dialogue d’un homme politique qui ne parle qu’à son peuple de façon épisodique. Il y a quelques heures, le gars frappait encore fort et touchait la cible en plein cœur à cause de ses déclarations sur ses ennemis.

L’homme ne dépasse pas l’homme

Fidèle à lui-même, Jovi revient tout neuf. Même timbre, même vibe, même équilibre, même ironie, il a tout pour plaire et émouvoir comme au premier jour, ses multiples fans : la Mboko Gang. Toujours taquin, Jovi ne manque pas de se comporter comme sur un plateau de télévision. Pendant que le débat est houleux, il garde une atmosphère de sérénité et place quelques invectives pour affoler ses rivaux prêts à sauter sur l’occasion pour pondre des théories puériles et vides de sens. En fait, rien n’a été dilué, l’homme est resté fidèle à lui-même.

Jovi se réaffirme comme le King du Rap Kamer

Jovi a dû observer la scène avec son équipe pour faire une telle sortie. Parution dans laquelle, il n’est ni doux ni tendre. Il décrit haut et fort les faiblesses et les bassesses de ses confrères qui se la jouent et pourtant au fond ne sont pas à la hauteur. Jovi semble par le biais de ce son, se réaffirmer comme étant le leader incontesté du mouvement musical Camerounais. Il parle d’argent et de facture, est-ce une annonce officielle qu’il est au-dessus des autres rappeurs camerounais ?  Qu’il est plus encore à l’abri de la disette ?  Dans tous les cas, tout parait converger vers.

Jovi met les organes comme Maahlox

C’est le cube qui fait la promo mais reconnait la place du sel. Plagiat ou inscription à l’école des organes ? On serait bien tenté de s’interroger comme tel dans cette partie. Tellement le gars met les organes profondément. Par ce fragment lyricale, on peut constater que Jovi maquille sa jalousie envers ses confrères qui signent avec les multinationales. On sait tous de qui il s’agit. Il use de cette métaphore pour nous faire comprendre qu’il reste et demeure le sel (le sommet). Même sans contrats publicitaires, il se fait de la maille et est à l’abri du besoin. Comme quoi il gagne super bien sa vie en restant dans l’ombre, que de faire le Monshung et poser pour les marques or pourtant le compte bancaire cri à l’aide. Dans tous les cas, il semble avoir rejoint l’écurie du résistant Maahlox capitaine des pleurs. Dans tous les cas, BertrandNdukong a encore frappé fort comme toujours en proposant ce produit qui, à coup sûr fera encore plus couler d’encre à la sortie du vidéogramme.

KAMER ARTDICTION | l’Art, plus qu’une Passion, une Addiction

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.