DJ Bilik : l’histoire avec Krotal au Synamurca c’est de la pure jalousie

0
740
Dj Bilik

Nous savons tous que tu es à la fondation du Synamur qui plus tard est devenu Synamurca, peux-tu nous dire comment le Synamur a été créé ?

En réalité c’est suite à la répartition inter sociale de 2014 et celle de 2015 qui fut une grosse déception pour les Artistes Camerounais, en particulier ceux des musiques urbaines. Plusieurs acteurs n’étaient pas entrés en répartition. Cette année-là (2015) je force le terrain avec certains collègues : Sadrack, Malek et bien d’autres qui n’avaient pas reçu leur part. Moi, ayant reçu après la déception de 2014. Je rencontre Boudor à l’hôtel du plateau qui est déçu, je réussis à appeler Romeo Dicka pour lui demander la raison de l’oubli de Boudor alors qu’il est connu. Il s’excuse et m’envoie vers un administrateur du MINAC (Ministère des Arts et de la Culture) et Boudor s’y rend et touche une petite somme puis retourne sur Douala. J’ai du intervenir pour plusieurs autres Artistes.

Nous avions déjà eu plusieurs rassemblements sur l’idée de faire un Syndicat en 2006 et 2011 mais sans suite. Je décide donc en 2015 de nous réunir pour voir clair dans ce problème des droits d’auteurs. Un jour j’appelle FEROS MAMELUCK DU BANTOU PO SI et on s’assoit et je lui dis qu’on doit créer un Syndicat, on se parle chez moi et nous appelons PHEN ou Hervé Ndjack et après Krotal et on se retrouve au carrefour Elig essono sous une pluie, nous posons des bases.

Après nous contactons nos compères de Douala : Big Bzy, Feros apelle Guchy  et voilà… Le syndicat voit le jour avec la participation des compères comme Malek, Alberto les clés, Kunta, Louis NTSOUNGUI, Ivre, Kreezry, Masack, Armand Laklass, Janjo, Izmo, Polino, Gilbert Moudio, Fleur keys … Le Synamurca est fondé et je remercie grandement au passage tous les membres naturels de ce syndicat depuis 2015.

Quelles étaient les missions du Synamur ? Ces missions ont-elles été remplies ?

Les missions étaient de défendre les droits des membres, de veiller au développement artistique, de donner les informations, faire des communications sur les  droits  divers auprès des membres, aider les OGC sur le terrain, faire des formations, etc. Nous avons bien-sûr démarré des chantiers positivement. Vous savez, fonder n’est pas chose facile, il y’a des bonnes avancées, le chemin est encore long. Le bilan est positif jusqu’ici.

Pourquoi avoir transformé le Synamur en Synamurca ?

Il y a eu un tas d’histoires quand on a voulu légaliser, le Secrétaire Général et le président actuel ont dit qu’on leur avait demandé d’ajouter le CA sur Synamur. Bon, pour éviter des blocages nous avons laissé mais nous savions que ça cachait une mafia. Vous savez, je ne suis pas attaché aux biens périssables.  Aujourd’hui vous voyez que Krotal n’a aucun respect de la fondation car il estime que Synamurca est différent de Synamur et pourtant il est devenu Président du SYNAMUR.

Nous avons vu que dernièrement tu as passé le flambeau à Krotal qui désormais est le président du Synamurca, mais grande a été notre surprise de voir une note qui informe l’opinion public que tu n’es pas membre du syndicat. Pourquoi n’es-tu pas membre d’un syndicat que tu as créé ?

C’est une question que moi-même je me pose, c’est tellement bête de penser qu’un Fondateur n’est pas membre de sa fondation. Vous savez, le Cameroun est doté des personnages tellement ingrats mais je le comprends, vous savez que les créateurs des œuvres de l’esprit sont toujours Combattus. Nous avons eu des accords, à savoir : 3 ans de présidence pour DJ Bilik et 3 ans de présidence pour Krotal donc 6 ans, ensuite passer aux élections. Voyez !! Ils m’ont vilipendé par communiqué insensé pour faire allégeance à un grand frère qui n’est même pas membre du syndicat, ni de près ou de loin. C’est triste quand la mafia du droit d’auteur détourne une jeunesse mal inspirée.

Quel est le réel problème entre Krotal et toi dans cette histoire du Synamurca ?

Dj Bilik 237

J’apprécie que nous ayons eu l’agrément sous sa présidence et les locaux, ça c’est fort et plusieurs autres choses qu’il ne faut ni déformer ni détruire contrairement à ce qu’il essaye de faire concernant mes trois ans de présidence. Il faut remonter dans le temps d’UMAR CVM, mon ancien Groupe qui a été toujours original dans les sonorités et lyrics. Cela nous a valu des attaques et des clichés de « VILLAGEOIS » et nous avons sorti le concept URBAN VILLAGEOIS. Je suis concepteur du rap mboa avec des balafons, des sonorités locales en tant que Beat Maker et cela ne plait pas à Krotal.

J’ai organisé avec mes compères d’UMAR CVM dans les années 90, la plupart des grands concerts Hip-Hop qui ont développé le mouvement du côté de Yaoundé et jusqu’aujourd’hui cela fâche certains de mes compères. Le SYNAMUR / SYNAMURCA c’est une émanation de mon idée car il faut toujours un penseur. Ensuite, j’ai associé Feros, Hervé Ndjack et Krotal était la dernière personne des 4 à être contacté pour mettre en place le syndicat en 2015. Ensuite nous avons réuni nos jeunes compères : Guchy, Big Bzy et Phen. On a rédigé les Statuts et nous avons amandé, le syndicat s’est mis en place.

Je pense que c’est un problème de jalousie qui existe, DIEU m’a donné des dons et je mets cela au service de l’art musical, je ne discute pas le micro sur scène avec les Artistes… Voyez !! Krotal doit reconnaître sa place, il a sa vision du syndicat qui est diamétralement opposée à la mienne. Un Syndicat n’est pas un outil de business mais de défense des intérêts des ayants Droits selon le corps de métier.

Dans ta première, sortie après la publication de la note disant que tu n’es pas membre du Synamurca, tu as dit que tu devais les laisser, que tu n’allais pas intenter d’actions en justice, que tu n’allais pas faire de revendication mais pourquoi être revenu sur ta parole ?

Je reste sur ma parole, je ne peux détruire  ce que j’ai construit si cela ne devient pas destructeur pour les membres. Donc je n’intenterai aucun procès, je les regarde faire. Ils inventent de faux motifs contre moi, etc. J’ai remis tout entre les mains de DIEU. Je suis très déçu de cette INGRATITUDE au sein du Synamurca.

Nous avons constaté que tu es allié à Ledoux Marcelin dans ce combat, quelles sont les avancées jusqu’ici ?

Ledoux Marcelin est un partenaire, c’est un ayant droit tout comme moi, nous nous levons contre les pilleurs de nos droits d’auteur depuis 30 ans déjà. Bien évidemment nous sommes des syndicalistes et nous défendons ce qui nous revient de droit. Nous avons été trainé au commissariat par Krotal soit disant pour usurpation de signature, une incompréhension terrible. Comment un Syndicaliste peut-il combattre un Syndicaliste ? Du jamais vu. Nous avons compris beaucoup de choses.

Penses-tu que le Synamurca puisse trouver des solutions aux problèmes des droits d’auteur au Cameroun ?

Le syndicat n’est pas uniquement pour un combat des droits d’auteur, le champ d’action est super vaste. Bien évidemment si nous sommes unis, on peut apporter des solutions à condition de ne pas s’allier à la mafia du droit d’auteur au Cameroun. Je doute fort que ça ne soit pas le cas car les syndicats au Cameroun généralement ne servent à rien dès lors qu’on musèle les dirigeants qui sont pour le business et non la défense des droits collectifs.

Un message à l’endroit des artistes Camerounais qui n’ont pas perçu de droits d’auteur depuis, quels conseils leur donne-tu pour la suite de leur carrière ?

J’invite tous les jeunes et les aînés à se rallier à la SONACAM qui est une nouvelle dynamique du Droit d’auteur. Maintenant plein d’Artistes de renommée sont décédés sans jamais gagné véritablement leurs droits à cause de la mauvaise gestion par le passé des anciens directeurs des OGC et de l’administration très archaïque de nos droits. Une nouvelle vision et du sang neuf s’imposent. Le droit d’auteur c’est une vie et même 70 ans après sa mort. Produisons davantage et  mettons des mécanismes juridiques fiables permettant que tout artiste puisse avoir ses droits.

Je reste SYNAMURCA dans mon âme et je soutiens les actions Syndicales. Maintenant je souhaite une ouverture d’esprit au président actuel et qu’il ne rentre pas dans la mafia du droit d’auteur et qu’il soit un Syndicaliste en VRAI.

Et MACICA (Mouvement des Acteurs Compositeurs Interprètes du Cameroun) a été créé par toi et tes compères ? En quoi cela sera différent du Synamurca ?

J’ai mis en place le MACICA (Mouvement des Auteurs Compositeurs Interprètes du Cameroun) Pour palier à un manque véritable d’associations corporatives regroupant un corps de métier et ceci dans l’optique de la future fédération qui sera mise en place par le MINAC notre tutelle. Cependant, un Syndicat n’est pas inclus dans une fédération de l’art musical, ce sont des associations par corps de métier. Voilà, il ne sera plus question d’avoir des associations des ressortissants Artistes du Nord ou du Sud ou du Littoral voire Ouest mais plutôt association des éditeurs, des producteurs, des auteurs-Compositeurs, ingé sons du Cameroun.

Le bureau a-t-il déjà été mis sur pieds ? Si oui qui sont membres et leur poste ?

Nous présentons le projet ce samedi 16 Mai 2020 dans le centre culturel de la case des arts de Yaoundé. Ce sera l’occasion de présenter un bureau national et bien-sûr ce sera décentralisé. Le MACICA est un nouvel Espoir pour l’Auteur Compositeur Interprète de mieux s’identifier et se considérer car les créateurs des œuvres de l’esprit sont des dieux.

KAMER ARTDICTION | l’Art, plus qu’une Passion, une Addiction

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.