Bill Ken, un jeune qui a compris que la richesse se trouve dans l’entrepreneuriat

0
527
Servez-vous

Dans un contexte d’aggravation continue du chômage des jeunes depuis les années quatre-vingt, un ensemble de programmes et d’incitations se sont succédés dans l’espoir que l’expérience entrepreneuriale soit préparée voire intégrée dans la formation des jeunes, pour favoriser leur insertion professionnelle. Cependant, depuis quelques années, pour reprendre les propos du sociologue allemand Hartmut Rosa, le temps s’accélère de manière quasi exponentielle. L’entrepreneuriat fait l’objet d’un nombre étonnant d’initiatives, d’événements et de discours, dont une grande partie s’adresse aux jeunes. Tant dans les pays développés que sous-développés, les jeunes n’attendent plus le gouvernement pour trouver de quoi se mettre à la bouche. Cette pratique est de plus en plus récurrente en Afrique, nous avons eu la chance de rencontrer un jeune entrepreneur camerounais surnommé Bill Ken depuis quelques années qui pour nous est un modèle non pas seulement de réussite mais aussi de motivation de tous ces autres jeunes qui aspirent à l’entrepreneuriat.

Qui est Bill Ken ?

De son vrai nom LONTSI KENE BILL STEVE, Bill Ken est un jeune entrepreneur camerounais né un 02 août à Bafoussam dans la région de l’Ouest. Alors qu’il fait ses débuts dans les rues de Douala, comme la plupart des jeunes de son âge il n’a pas connu une enfance facile. Tombé plusieurs fois mais toujours relevé, ce qui lui a valu le surnom de “KEN” comme Ken le survivant depuis l’âge de 7ans. Ayant un grand sens du business depuis sa tendre enfance il aspirait déjà à devenir un grand homme d’affaires.

Le déclic

En 2013 lorsque Bill Ken et ses amis forment un groupe de bringue appelé Dark Lyon, groupe qui était dédié uniquement à la fête et à des concepts soirées. La bringue a duré deux ans jusqu’à ce que Bill se rende compte qu’être jeune ne se résume pas à la fête, c’est ainsi qu’il quitte la “Dark Lyon” en 2015 où il aspire à de meilleures idées. Alors la même année il fonde son entrepriseXendeurs Empire” qui prend du poids grâce à son premier concept la “MANIGANCE” qui était une marque de street-wear. La manigance gagne du terrain partout au Cameroun et s’exporte même en Europe et en Asie, les retours de plus en plus positifs gonflent aussi le portefeuille.

Xendeurs empire et la musique

En 2016 lorsque la manigance gagne du terrain, Bill Ken décide de s’investir dans la musique. Pour ce fait il signe l’artiste “BENZO” son ami d’enfance pour débuter cette nouvelle aventure. Ils réalisent plusieurs projets ensemble notamment “Zinguer”, “Sans moi” et de nombreux autres projets qui ne verront pas le jour. Quelques temps après il signe son deuxième artiste Le K-Goulé avec qui il mène un petit bout de chemin. Les projets se multiplient, la balance des entrées/sorties côté financier devient très déséquilibré et Bill commence à avoir un pied dedans un pied dehors. Mais la théorie du survivant Ken ne lui permettait pas d’abandonner comme ça, c’est ainsi qu’il signe “Georges Breezy” le chanteur de RnB avec qui il a bossé sur un seul projet. Le plan musical n’étant pas une garantie pour le jeune entrepreneur non seulement à cause de la mentalité des consommateurs de musique, l’égoïsme des acteurs culturels et l’ingratitude des artistes, Bill décide de couper les ponts avec ce milieu et de passer à autre chose.

Xendeurs Empire après la musique

Après cette autre aventure qui n’a pas porté ses fruits, Ken est toujours debout. C’est ainsi qu’en 2019, il décide de s’investir dans l’habillement. Il ouvre sa première boutique la même année, il fait des voyages pour approvisionner sa boutique. Le business marche plutôt bien et c’est ainsi qu’il multiplie ses investissements, aujourd’hui il compte 3 boutiques de vêtements/chaussures dans la ville de Douala. Ses boutiques portent l’appellation de “X-SHOPPING” (X comme Xendeurs). Grace à ces boutiques il offre la possibilité à des jeunes camerounais d’avoir un boulot et de nourrir leur petite famille.

Bill Ken vit aujourd’hui de son business, comme quoi aux âmes bien nées la valeur n’attend point le nombre d’années. La jeunesse camerounaise devrait s’en inspirer pour faire de grandes choses.

KAMER ARTDICTION | l’Art, plus qu’une Passion, une Addiction

Avis Facebook pour l’UE! Vous devez vous connecter pour afficher et publier des commentaires FB!

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.