AMELIE, LA REINE DES CHIPS À LA CAMEROUNAISE

0
105
Servez-vous

L’entrepreneuriat au Cameroun est très ouvert. Ouvert à tous, il permet aux jeunes Camerounais de lancer une affaire capable de les propulser au sommet. Nous faisons la rencontre de Amélie la reine des CHIPS. Découvrons là.

Qui est AMELIE la reine des CHIPS made in Cameroun ?

De son vrai nom POUANTAMOUN NGOUET Amélie Tatiana, la reine des chips est une Jeune étudiante en marketing à l’Université de Douala âgée de seulement vingt un an (21 ans). Originaire du département du Noun dans la région de l’ouest, cette jeune étudiante a décidé de miser sur l’alimentaire.  Notamment sur la friture et la commercialisation de chips pour ses camarades, et aussi pour les habitants de la ville de Douala. Ils sont contenus dans des paquets de deux cent vingt grammes (220g) et se vendent à cinq cents francs CFA (500fcfa) le paquet.

La période de confinement, le catalyseur de cette idée novatrice

Dans le but de se faire un peu de sous pendant la période de confinement, Tatiana va développer une idée d’ouf. Pour ce fait, elle prendra l’affaire de sa mère pour en faire sa propre affaire et là apportera une révolution. Car motivé par une rage de réussir. Elle n’hésite pas à encourager les autres à s’y mettre car il paraît que cela rapporte un peu des bénéfices considérables. Elle affirme : « j’ai commencé à faire des chips au début du confinement.  C’était d’abord l’affaire de maman mais j’ai voulu prendre cela en charge puisque ma motivation était de me faire un peu de sous durant cette période pénible. Aujourd’hui, je peux affirmer que je me n’en sors pas mal là-dedans donc je pourrais le conseiller à mes frères et sœurs »

Une grosse particularité

Amélie se démarque des autres à travers la digitalisation de son affaire. En effet, après la fabrication, la vente des chips se fait aussi en ligne c’est-à-dire grâce aux canaux digitaux. Une activité qui semble profiter considérablement à cette jeune promotrice, à cause notamment de la qualité des produits et des coûts. D’ici 2 à 3 ans, elle envisage être une industrielle, c’est-à-dire quelqu’un qui produit en masse. On pourrait assister là à la naissance d’une nouvelle grosse affaire.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.